samedi 30 septembre 2006

Un jour...

Un jour, quitter la grande ville : autant retrouver les espaces désertés, là où le moderne ne saurait être corrompu - puisqu'il n'est pas.

 

Posté par Villemain à 13:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


vendredi 29 septembre 2006

Jan Zabrana

Lecture de Toute une vie, de Jan Zabrana, publié chez Allia.

727902

Court aperçu de la vie de Jan Zabrana, pour une meilleure compréhension :

Jan Zábrana est né en 1931 dans une petite ville de Moravie. Après l’arrivée au pouvoir des communistes en 1948, sa mère est condamnée à dix-huit ans de prison et lui-même est exclu de l’université en 1952, tandis que son père est à son tour condamné à dix ans de réclusion. Jan Zabrana travaillera comme ajusteur-mécanicien dans une usine de construction de wagons, puis comme traducteur du russe et de l’anglais. La libéralisation culturelle des années 1960 lui permet de publier quelques romans policiers, ainsi que de la poésie. Son journal, Toute une vie, est retrouvé après sa mort et publié en 1992 ; il contient finalement tout ce qu'on lui interdisait de publier. L'édition 2005, chez Allia, constitue une infime partie de ce journal.

La profonde et angoissante nécessité de certains livres interdit toute ébauche de critique littéraire - au sens formel du terme. C'est naturellement le cas de tout journal, mais plus encore, sans doute, de tout journal clandestin. Aussi celui de Jan Zabrana n'appelle-t-il aucune exégèse (étant entendu, de toute façon, qu'il est assez sublimement écrit) : on ne le lit que pour prendre connaissance d'un être, d'un monde, d'une époque, et afin que ne meure pas tout à fait la mémoire de ce qu'une société humaine a pu faire aux hommes. La machine communiste totalitaire est connue de tous : à la description de cette machine, Zabrana n'apporte sans doute pas grand-chose de factuel ; il n'apporte que l'essentiel : cette manière à la fois unique et universelle de témoigner - comme si sa seule souffrance englobait et incarnait toutes les autres, comme si, de ce témoignage par définition unique, nous pouvions entrevoir les témoignages de tous ceux dont nous ne saurons rien. Seul au milieu de tous les autres qui virent eux aussi leur vie brisée, Zabrana nous livre des pensées qui se révèlent comme des armes de résistance aux hypocrisies du temps et aux emballements idéologiques intemporels - et, au passage, sans le savoir, ridiculise nos renoncements et nos aveuglements présents. Ici la colère emporte toujours la plainte, et seule la mort, la mort naturelle, y mettra un terme. C'est sa victoire - ultime et posthume : en dépit de tout, en dépit, même, de son désespoir et de ses écoeurements, il ne se sera pas lui-même donné la mort, contrariant ainsi le secret désir de l'appareil communiste de l'époque.

Nous reste donc ce journal, ou plutôt ce que lui-même appelle son diagnostic.
Florilège :

  • On peut se demander ce que l'on regrettera le plus face à la mort : ce qu'on n'aura pas vécu ou ce qu'on n'aura pas fait.
  • L'homme, passé la quarantaine, commence-t-il à économiser son sperme parce qu'il a enfin compris que c'est son seul argument et son unique contribution au débat sur l'avenir du monde ?
  • Des générations de cons versifiants s'adonnaient à la divination de l'avenir.
  • Quand j'en aurai assez de marcher sur les bords, j'irai me balader au fond de l'étang.
  • La sanction du courage est la mort. Idem pour la lâcheté.
  • Les maladies dont nous combe la vieillesse sont une grâce. Dans la vieillesse, la nature nous fait don de l'oubli, de la surdité et d'une mauvaise vue, et aussi d'un peu de confusion juste avant la mort. Les ombres qu'elle projette à l'avance sont froides et salutaires.
  • Et le soleil a cuit les pendus du matin. Au soir, ils pendaient hâlés bruns à leurs potences.

Posté par Villemain à 12:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Ecrire et bruire

beer_chestnutUne brasserie parisienne où j'ai quelques habitudes. Aucun goût notable, aucune originalité, rien pour se distinguer, aucune sociologie attitrée, aucun code ni signe de reconnaissance, juste les gens du quartier, ou ceux qui y travaillent, et les touristes. Ambiance sonore maximale : on se croirait dans une de ces discothèques des années quatre-vingt, criardes, kitsch, plutôt sans âme. Mais, comme partout où l'homme a ses habitudes, bien sûr on est gentil avec vous. Je connais les serveurs, ce sont des bosseurs, ils sont efficaces, serviables, toujours une attention pour moi. L'un d'entre eux me demande comment je fais pour lire dans tout ce bordel : faute de mieux, je lui réponds que c'est un bon exercice. N'empêche, je ne pouvais jusqu'à présent ni lire ni écrire sans qu'ait été fait le plus total silence : le passage d'une voiture dans la rue, le goutte-à-goutte d'un robinet défectueux, le bruit de pas des voisins dans l'escalier, un lointain grésillement, tout me troublait au point de m'empêcher d'écrire - ou au point de m'en donner le prétexte. Ici, maintenant, dans ce capharnaüm où tout s'efface tant tout est recouvert,  je peux lire et écrire - je veux dire que je peux vraiment le faire Sans doute parce que la lourdeur ambiante, cette vulgarité qui bruit de tous les bruits de la mécanique quotidienne, m'oblige, par esprit de contradiction et comme pour rétablir l'équilibre, à une certaine dignité dans la pose ; mais plus sûrement parce qu'alors je trouve quelque chose d'autre à fuir que moi-même.

 

Posté par Villemain à 11:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

jeudi 28 septembre 2006

Les 3 P de Moix

Partouz, Podium, Panthéon : il a fallu le succès pour que Yann Moix déserte, non la littérature, mais son ambition introspective et visionnaire. Tout le bien que je pensais de cet auteur lorsqu'il publia ses premiers romans (Jubilation vers le ciel, Les cimetières sont des champs de fleurs) se heurte désormais au personnage qu'il s'est construit. Sans doute y a-t-il du marketing là-dedans (l'icône de l'écrivain houspillant, râleur, asocial et arrogant), mais je regrette surtout que la société ait triomphé de lui au point de vampiriser son écriture et sa vision du monde. Retournement somme toute assez classique : le tenant de la rébellion individuelle devenu simple miroir de son temps - grossier, prévisible, clinquant.

Moyennant quoi, il suffit de feuilleter distraitement Panthéon pour voir à l'œuvre un étrange processus : un écrivain qui désapprend à écrire en écrivant.


Posté par Villemain à 06:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

La bonne méthode de Franz Kafka

J'écris autrement que je ne parle, je parle autrement que je ne pense, je pense autrement que je ne devrais penser, et ainsi jusqu'au plus profond de l'obscurité.

Posté par Villemain à 06:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


Pôv' bêtes !

"En 2006 ! une ignominie, une barbarie. (...) Je ne comprends pas qu'on tolère, qu'on fasse souffrir à ce point. Parce qu'ils n'ont pas le droit à la parole, qu'ils ne peuvent pas répondre, qu'ils ne peuvent pas se défendre. (...). Je ne peux pas vivre dans le monde dans ces conditions-là, je m'y refuse." (Sur RTL) 

Voilà un cri du coeur comme le Spectacle en aime. Il émane d'une certaine Corinne Touzet, comédienne. Evoque-t-elle ici la situation des centaines de milliers de bagnards qui moisissent dans quelque taule totalitaire et secrète, ou des centaines de milliers de réfugiés dans le monde, ou de ces Pakistanaises qui attendent la mort en prison parce qu'elles ont été violées et que seule la parole de l'homme fait foi (cf. Libération), ou peut-être, puisque c'est à nos portes, celle de nos prisonniers à nous, de plus en plus souvent condamnés à des peines exobitantes dans le soulagement général, et parfois à des conditions d'existence que nul ne tolérerait pour un chien perdu sans collier ? Eh bien non, je vous le donne en mille : ce n'est pas sur la condition humaine que pleure la comédienne au grand coeur, mais, précisément, sur la condition animale. Cela dit, on est bien content d'apprendre que l'héroïne de nos séries B "se refuse à vivre dans ces conditions-là". En contrepoint à la lecture de Jan Zabrana (voir plus haut), je trouve que ça a de la gueule.


Posté par Villemain à 05:45 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

mercredi 27 septembre 2006

Et je dirai au monde toute la haine qu'il m'inspire

Maren Sell éditeurs - Janvier 2006
Plus d'informations - revue de presse et autres ici

51TAQ3BPFDL

Posté par Villemain à 14:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Monsieur Lévy

Monsieur Lévy - Editions Plon - Octobre 2003
Plus d'informations - revue de presse et autres ici

Monsieur Lévy

 

Posté par Villemain à 14:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

L'esprit clerc - Emiles Combes ou le chemin de croix du diable

L'esprit clerc - Émile Combes ou le chemin de croix du diable
Marc Villemain - Fondation Jean-Jaurès - 1999

L'esprit clerc

 

Posté par Villemain à 14:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

jeudi 12 janvier 2006

Présentation de l'auteur

 

 Marc Villemain - Ecrivain - Editeur -

Contact : marc.villemain@noos.fr

Page Facebook

 


 

photo 05

* Bibliographie

-  Ils marchent le regard fier - Editions du Sonneur, mars 2013

- Le Pourceau, le Diable et la Putain - Quidam Editeur, mai 2011 ;

   - Et que morts s'ensuivent - Le Seuil, février 2009 (Grand Prix 2009 de la Nouvelle, SGDL - Société des Gens De Lettres) ;

   - Et je dirai au monde toute la haine qu'il m'inspire - Maren Sell Editeurs, 2006 ;

   - Monsieur Lévy - Plon, 2003.

 

* Editeur

   - Editions du Sonneur

 

* Critique

   - Le Magazine des Livres ;

   - Blog L'Anagnoste, avec Eric Bonnargent.

 

* Publications diverses

   - L'Esprit clerc / Émile Combes ou le chemin de croix du Diable - Fondation Jean-Jaurès, septembre 1999 ;

   - Membre du comité éditorial et rédacteur pour Le Dictionnaire de la mort (sous la direction de Philippe Di Folco) - Larousse, mars 2010 ;

   - 100 monuments 100 écrivains - Histoires de France (sous la direction d'Adrien Goetz) - Éditions du Patrimoine, Centre des Monuments Nationaux, décembre 2009 ;

   - This was my flesh - Nouvelle parue dans le recueil 68's : new stories from children of the revolution, Salt Publishing, avril 2008 ;

   - Les Éveilleurs d'État - Nouvelle parue dans le recueil Short Satori, Éditions Antidata, 2007.

- Animateur du blog Les 7 mains - voir ici.

 


 

Posté par Villemain à 23:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]