lundi 8 avril 2019

Mado lu par Christophe Laurent

fullsizeoutput_949c


Lire l'article sur le site The Killer Inside Me

L'amour dingue et adolescente de Mado

« Quand nous sommes arrivées au ponton, nous avions une faim de loup. Il n'y avait pas beaucoup de place sur la petite planche qui faisait office de table, mais on a fait ça joliment. Deux grosses parts de gratin dans les assiettes, des serviettes à motifs roulées sur le côté, couteau à droite, fourchette à gauche, au milieu une bougie et les quelques fleurs que nous avions cueillies redressées dans un verre d'eau. On était heureuses et je crois que ça se voyait. »

Virginie aime Mado. Mado aime Virginie. Elles ont quinze ans et s'aiment d'une passion neuve, vierge. Qui dit passion dit dévorante mais c'est peut-être plus ici, c'est brûlant, destructeur, animal. Elles vont s'aimer dans un carrelet, ces petites cabanes de bois sur ponton, pour les pêcheurs de Gironde. Elles vont s'aimer chez un vieil oncle. Mais en secret, toujours. Dans une époque (les années 80 ?) peu propice aux sentiments déclarés entre filles, elles se cachent, se volent des regards, des gestes, quand les autres tournent la tête. Et puis il y a aussi de la jalousie, chez Virginie surtout. Jalouse de Florian, jalouse de Julien.

Roman magnifique sur la naissance à l'amour et la fin de l'enfance, Mado emporte le lecteur dans une décharge de sentiments puissants, ravageurs, dingues, de ceux qui font faire n'importe quoi mais qui sont aussi parmi les plus beaux. On peut se demander si le personnage principal assume son penchant lesbien parce qu'elle a été choquée par l'attitude de garçons à neuf ans, quelque chose de l'ordre du traumatisme après un jeu idiot de petits mecs. Est-ce que c'est cela uniquement qui la pousse plus tard vers Mado ? L'auteur y répond en partie. Et Virginie d'abord y répond. Virginie, emportée par ce qu'elle ressent, par cette sexualité dont elle ignorait tout, par ce coeur qui tape maintenant si fort près de Mado. Marc Villemain trouve le ton juste pour se mettre dans la peau de Virginie, son "je" est bien celui d'une gamine, d'une adolescente, tout à fait normale donc incandescente. L'auteur touche vraiment l'intime et offre aux lecteurs des scènes de sexe un peu maladroites, mais tellement primitives, spontanées, et sincères. La réussite de Mado est là, dans ce réalisme, sans psychologie de bazar. Parce qu'il s'agit, outre l'amour, de parler de deux filles qui s'embrassent, qui couchent ensemble. Et Villemain y arrive avec délicatesse et pudeur. Il y a du beau dans ces pages. Et du tragique. Introduit par les parenthèses d'une sorte de journal intime quinze ans plus tard, quand Virginie est maman d'une petite fille de neuf ans. Un écart terrible, effrayant, entre ces deux temps de la vie, quasiment un abîme. Ou un gouffre, de souffrances et de regrets.

Mado laisse un goût de larmes dans la bouche et la sensation d'avoir lu un très grand livre sur l'amour et la jeunesse.

Christophe Laurent

Posté par Villemain à 10:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,