Michel_Jonasz
J'
ai toujours beaucoup aimé Michel Jonasz, que je tiens pour un des tout meilleurs interprètes, paroliers et compositeurs de chanson française. Et ils ne sont pas si nombreux, ceux qui peuvent encore inscrire leurs pas dans cette grande tradition (où Jonasz tient une place à part, par ce qu'il est bien sûr, mais aussi parce que ses influences débordent assez largement du cadre.)

Sans doute l'hommage à la "chanson française" que constitue son dernier album n'est-il pas ce qu'il laissera de plus mémorable. Mais qui, aujourd'hui, peut reprendre le grand répertoire (Ferré, Brassens, Brel, Piaf...) sans sombrer dans le ridicule ? C'était donc assez courageux, et on me dira aussi que c'était une gageure, ce qui n'est pas absolument faux. Toutefois, même si, comme moi, on n'aime guère le fond de jazz-rock mâtiné de fusion et de funk de ce dernier album, il faut bien admettre que, non content d'avoir su s'approprier le répertoire et le réarranger de fond en comble, Jonasz l'interprète au plus juste, sans trop en faire ni en cherchant à singer qui que ce soit. Nombreux sans doute auraient été ceux à tomber dans le mélo ou le mauvais goût.

Je passe sur la première partie de ce concert, où l'on nous donna à entendre un certain "Ours" et son acolyte programmateur de boite à rythmes. D'emblée, je me dis que Michel Jonasz doit être rudement gentil pour permettre à ce duo de se produire dans une salle tout de même assez mythique pour un résultat aussi creux et une prestation aussi désinvolte. Puis, avançant dans ma réflexion (et alors que derrière moi, cinq ou six fans de 'Ours", sans doute la famille, lui réservent le même accueil que s'il s'agissait du retour à la scène de Mick Jagger) je me suis dit que ce n'était pas possible, que tout cela relevait certainement des coulisses et ne pouvait qu'échapper au spectateur lambda : "Ours" doit sans doute être un ami de la famille, le petit copain d'une petite-nièce ou quelque chose d'approchant. Je n'en dirai pas plus. Il me suffira de confesser que, en écoutant ces cinq chansons censées attiser la curiosité du public, je me suis fait la réflexion que Vincent Delerm, finalement, était peut-être génial.

Et puis Michel Jonasz arrive, engoncé dans un costume gris scintillant qui aurait sans doute très bien convenu pour chanter "Ray Charles", mais sûrement pas Jacques Brel. D'autant que ses musiciens donnent plutôt dans le genre débraillé, dreadlocks et cool attitude. Il ne s'agit pas là d'un jugement de valeur ; je pense simplement qu'un certain répertoire justifie, voire exige, une certaine présentation. Disons-le de manière plus esthétique : quelque chose, ici, n'est pas en accord avec le projet. Mais c'est un détail. Le tour de chant commence donc par "Fils de... ", du grand Jacques, et c'est plutôt de très bonne facture, tenu, intériorisé, d'une interprétation très juste et relativement dépouillée. Le seul problème, et c'est celui qui me perturbera tout au long de la soirée, tient plutôt au public, du genre à taper dans ses mains sur chaque temps  (oui, chaque temps !), à défaut un temps sur deux, dès qu'on le lui demande bien sûr, mais aussi de son propre chef, et le plus souvent en égarant le tempo. Du genre aussi à rire un peu trop facilement - impression, ici, d'entendre les rires préenregistrés pour les séries TV. Bref, je me suis parfois senti sur un plateau télé de Jacques Martin ou de Michel Drucker, ce qui est  tout de même assez désagréable lorsqu'on porte Michel Jonasz dans son cœur. Je crois d'ailleurs que lui-même le sait, ou le sent, et sa manière de conduire le spectacle, le parsemant de digressions légères et un peu faciles, en atteste à coup sûr. Le comble arrive toutefois lorsqu'il nous convie à un karaoké sur "Les copains d'abord"... Derrière la scène se déplie une toile blanche (comme l'écran sur lequel, dans l'ancien temps, nous visionnions les diapos des vacances d'été,) et la foule d'entonner cahin-caha la chanson d'une génération. Pour bien moins bienveillant que moi, c'eût été la goutte de sirop qui fait dégouliner l'ambiance... Jonasz est bien sûr très élégant et se sort toujours avec beaucoup de grâce de toute situation un peu tangente. Mais si je comprends son désir de donner envie à chacun de redécouvrir et de chanter le grand répertoire, il n'en demeure pas moins que cela donne tout de suite un résultat convenu, mièvre, et autant le dire : cul-cul la praline - loin, bien loin, de Brassens. Et dire cela n'enlève rien à la générosité du public. Simplement, le risque est grand de voir transformer un répertoire profond, poétique, souvent mélancolique, en un petit tour de piste sympa - et participatif, comme dirait l'autre.

Je retiens donc de cette soirée, au fond un peu décevante, trop professionnelle, trop ajustée, trop ronflante, trop bien réglée, quelques interprétations très réussies : "La mémoire et la mer" de Léo Ferré, le "Fernand" de Jacques Brel, ou son propre hommage à "Léo", pourtant plutôt casse-gueule. Jonasz est pourtant bien trop cabotin lorsqu'il entonne "L'amour sorcier" de Nougaro ou "Couleur Café" de Gainsbourg, frôlant l'imitation, donc la caricature.

Et puis, vint bien entendu le moment où le public le réclame, lui. C'était prévu, et prévisible : qu'on l'aime ou pas, nombre de ses chansons, depuis trente ans, sont passées dans le domaine des standards. On l'aime aussi pour cela, pour avoir su accompagner une, voire deux générations, tant de moments dans l'intimité de tant de gens. Mais l'artiste est là pour rendre hommage à la chanson française, et il nous le fait savoir (et ce choix, est-il vraiment nécessaire de le souligner, est parfaitement compréhensible et légitime). Mais le public lui lance des "Micheeel !" comme d'autres lancent ailleurs des "Patriiick !" ou des "Pascaaal !", alors que voulez-vous, le public chéri... Tout doucement, donc, il entonne "Les fourmis rouges", un peu hésitant, tout juste s'il se souvient des paroles, et la rumeur enfle, car le public, lui, les connaît, les paroles, et cela fonctionne, l'écoute est plus amoureuse, plus instinctive, et on se dit que, décidément, c'est sur son répertoire que Michel Jonasz recouvre sa poésie, son authenticité, son talent. C'est un peu injuste, assurément, mais c'est sans doute le lot des grands artistes qui ont marqué leur temps que de ne pouvoir échapper à ce qu'ils incarnent.